Les conseils et astuces pour la dégustation du thé

Les conseils et astuces pour la dégustation du thé

Le thé est une boisson noble, et sa dégustation est bien plus complexe que ce que certains non-initiés peuvent le penser. De nombreux micro-événements se déroulent pendant la dégustation, et tous les sens sont sollicités. Les sensations ressenties vont dépendre des différentes particularités du thé que l’on va déguster (avec une machine à thé par exemple), variable selon le type de thé.

Les feuilles sèches peuvent être de couleur très diverses : marron, cuivré, émeraude,… La liqueur du thé également : jaune d’or, saumon cuivré, acajou,…

Le premier contact se fait par le nez

Vous pouvez dans un premier temps sentir les feuilles sèches, inspirer afin de ressentir toutes les nuances olfactives qu’il propose, ce que l’on appelle le bouquet du thé. C’est l’olfaction directe. Celle-ci n’est pas optimale dans la mesure où il faut savoir que seulement 10 % des composants odorants arrivent à atteindre les cellules nerveuses de votre odorat. Vous pouvez également « renifler » de manière brève vos feuilles de thé : c’est ce que l’on appelle « flairer ». Attention toutefois, cela risque de ne pas être forcément bien vu en société si vous côtoyez des non-initiés !

Il y a ensuite ce que l’on appelle l’olfaction indirecte, ou olfaction rétro-nasale, lors de la dégustation du thé : celle-ci va fonctionner par voie interne, et la perception des odeurs ne sera pas la même. Astuce : afin de bien voir ce que la rétro-olfaction vous apporte, il vous suffit de bous boucher le nez lorsque vous avale votre thé : cela permettra d’annuler en partie la rétro-olfaction, et vous n’aurez plus que le goût du thé en bouche. Ainsi, vous voyez vraiment quel part de la dégustation dépend de ce phénomène de rétro-olfaction.

Puis par la bouche et le palais

Le fait d’introduire du thé dans sa bouche va faire intervenir deux sens bien différents : le toucher et le goût. Vous pourrez ressentir une palette importante de goûts : sucré, salé, amer,acide ou umami. Ce sont des saveurs qui sont dépourvues d’odeur, et que vous n’avez pu percevoir pendant l’étape d’olfaction. Au niveau du toucher, celui-ci va se faire grâce au contact du liquide avec les dents, et avec les muqueuses de votre bouche, ce qui va vous permettre de percevoir le corps du thé. Lorsque vous déglutissez le thé, après l’avoir remué en bouche, le fait d’expirer de l’air par le nez va induire un appel d’air dans votre bouche et vous permettra de ressentir tout son arôme via l’olfaction indirecte.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la dégustation du thé fait donc appel à des procédés très subtils. Il y a plusieurs manières de goûter son thé, des centaines de types de thé, et c’est l’odorat qui permet principalement de ressentir toute la complexité aromatique de cette boisson appréciée à travers le monde.


0 Commentaire(s) Poster un commentaire

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

1657